[Web Creator] [LMSOFT]
Le patois
  
À travers la chanson morvandelle « Le p'tit gars de Varmenoux », qu'Alain Trinquet a transcrit, et qui figure dans mon livre, on a une bonne idée du patois parlé à Arleuf et dans ses environs.
  
Quand y'ataux p'tit gars ma mie
Mai bonne mére ai Varmenoux
En m'pernant chu sas zenoux
Me fiot m'zer de la boulie
En m'pernant chu sas zenoux
De la boulie tout mon saoul

Des mas premiéres culottes
Dans las traisses de Varmenoux
Tout diffaimé por las houx
Y ramaissaut das nouillotes
Tout diffaimé por las houx
Das nouillotes sans peue das loups

L'été y'aprôtos las zarbes
Que d'grands gars saraient d'un yein
Ou ben y lassaux las siens
Chu deux beus que m'zaient trop d'harbe
Ou ben y lassaus las siens
Chu deux satrons que s'cogneint

Mais mas forces âtaient venies
Et mon pére vieillissot
Y soignos ben sas couessots
Y mouchenaus, t'not la sarrue
Y soignos ben sas couessots
Mettot l'grain dans das saissots

Plus tard l'hivar mon ovraize
Fut de charrier das boiès d'Arleu
Tout en piquant mas grands beus
Véz lai l'Yonne tot en raize
Tout en piquant mas grands beus
De mon aiguyon tout neu

Y t'dirai qu'auzdé ma mie
Yé du bon butingg sés nos
Vins te f''rez la soupe â choux
Avec mas réconomies
Vins te f''rez la soupe â choux
Et yn s'rons deux bons répoux
Quand j'étais petit gars ma mie
Ma bonne mère à Vermenoux
En me prenant sur ses genoux
Me faisait manger de la bouillie
En me prenant sur ses genoux
De la bouillie tout mon saoul

Dès mes premières culottes
Dans les haies de Vermenoux
Tout écorché par les houx
Je ramassais des noisettes
Tout écorché par les houx
Des noisettes sans peur des loups

L'été j'apprêtais les gerbes
Que de grands gars serraient d'un lien
Ou bien je lâchais les chiens
Sur deux boeufs qui mangeaient trop d'herbe
Ou bien je lâchais les chiens
Sur deux châtrons qui se cognaient

Mais mes forces étaient venues
Et mon père vieillissait
Je soignais bien ses cochons
Je moissonnais, tenais la charrue
Je soignais bien ses cochons
Mettais le grain dans des sacs

Plus tard l'hiver mon ouvrage
Fut de charrier des bois d'Arleuf
Tout en piquant mes grands bœufs
Vers l'Yonne tout en rage
Tout en piquant mes grands bœufs
De mon aiguillon tout neuf

Je te dirai qu'aujourd'hui ma mie
Il y a du bon bien chez nous
Viens tu feras la soupe aux choux
Avec mes économies
Viens tu feras la soupe aux choux
Et nous serons deux bons époux

Alain Trinquet avril 2004